15/05/2014

Le Château de Chenonceau à l'époque de Diane de Poitiers et de Catherine de Médicis

En 1547, Henri II fit don du Château de Chenonceau à sa maîtresse Diane de Poitiers, de 19 plus âgée que lui. Elle entreprend de construire un parterre, sur la rive droite du Cher, au levant du château, dans un carré de la contenance de deux hectares. Elle le protégea contre les inondations par une forte levée de terre gazonnée, l'enveloppa de douves et l'entoura d'une terrasse. Les travaux commencèrent au printemps de l'année 1551. Le jardin était à la fois un parterre, un verger et un potager.
En 1556, Diane de Poitiers fait venir l'architecte Philibert de l'Orme au Château de Chenonceau afin qu'il réalise un pont permettant de franchir le Cher. Comme pour les jardins, le roi Henri II paya les travaux à sa maîtresse. Trois ans plus tard, elle est disgraciée par le roi, qui meurt blessé lors d'un tournoi.
En 1559, après sa disgrâce et la mort d'Henri II, son ancienne maîtresse Diane de Poitiers n'est plus protégée de la reine Catherine de Médicis. Après une tentative d'assassinat, elle est contrainte d'abandonner le Château de Chenonceau à la reine, en échange de celui de Chaumont sur Loire. Exilée, elle meurt en 1566 en son château d'Anet. Si les conséquences de cet échange vont amener à l'apogée royale de Chenonceau, il n'en va pas de même pour Chaumont sur Loire, qui ne sera plus possédé par aucun membre de la famille royale.
Catherine de Médicis fait construire, par Jean Bullant, les deux étages de galeries sur le pont, entre 1570 et 1576, d'après les plans de Philibert de l'Orme. Elles sont inaugurées en 1577 lors des fêtes données en l'honneur de son fils le roi Henri III.
La construction des galeries n'étaient que le prélude de travaux beaucoup plus importants, dont les plans nous ont été transmis par l'architecte Du Cerceau. La galerie devait être terminée au midi par un grand salon ovale, le château recevait de chaque côté des annexes considérables, bâties dans le lit de la rivière. Dans la cour, la tour disparaissait avec les douves, et trois portiques elliptiques s'y déployaient. Le Bernin reprendra le même type de plan cent ans plus tard pour la place Saint-Pierre de Rome. Enfin, l'avant-cour, formée de deux ailes obliques, se fermait au nord par un corps de logis qui s'ouvrait sur l'avenue principale par un vestibules à colonnades.
De ce plan gigantesque, seule une des ailes obliques de l'avant-cour fut réalisée. Ce bâtiment, appelé pavillon des Dômes, est construit entre 1580 et 1585 et est couvert d'une charpente "à la Philibert de l'Orme", qui permet d'attribuer sa construction à l'architecte.
Catherine de Médicis décède en 1589. Elle avait légué le château à sa belle-fille Louise de Lorraine. Son mari Henri III décède la même année... (à suivre).

1 commentaire:

  1. Coucou
    Ah ah, je découvre l'histoire traversée par ce château que je n'ai jamais visité, je suis une friande des intrigues... j'attends la suite avec impatience!
    Douce soirée
    Sylviane Grall

    RépondreSupprimer